documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Julien TIBERI 

Le travail de Julien Tiberi croise avec une aisance peu commune les signifiants parfois confidentiels auxquels ses dessins réfèrent tant sur le plan de l'image qu'au niveau textuel. Cette mise à distance de l'évidence de l'image passe également par une distorsion des codes esthétiques en vigueur dans le dessin contemporain si l'on considère la virtuosité avec laquelle le jeune artiste a intégré l'univers graphique des grands illustrateurs du XIXe siècle. Pastichant la technique d'un Daumier, il affronte ainsi le procès en appel d'Ivan Colonna à la cour d'assises de Paris en mars 2009 où il assume le statut de dessinateur de presse le temps de séances qui donneront lieu à la série Les fantômes de la défense. Ce brouillage des temporalités propre à l'ensemble de son travail décourage toute approche immédiate. L'avènement du dessin est lui-même retardé puisque dans plusieurs de ses travaux on ne se frottera guère à un original mais à une copie sous forme de double imprimé ou photographié. La série récente ironiquement nommée L'histoire véritable tire son titre d'un conte utopique antique de Lucien de Samosate qui anticipa le premier voyage sur la lune. L'ensemble de dessins qui en découle, et dont il ne subsiste que des impressions, emprunte son iconographie à l'exposition collective, entendue ici comme mode de représentation. La progression du texte littéraire est ainsi suggérée à travers les vues d'une exposition fictive qui présente des oeuvres réelles du XXIe siècle, restituées avec un graphisme hachuré en noir et blanc affichant toutes les qualités du dessin du XIXe siècle. Julien Tiberi renvoie le travail de figures actuelles telles que Raymond Pettibon ou Simon Starling ­ avec lequel il partage une complexité de pensée ­ dans une dimension temporelle hypothétique où le réel est complètement désubstantialisé par la fiction. Il en résulte des images secrètes et crépusculaires qui interrogent les usages et le devenir de l'oeuvre d'art et, en particulier, ceux du dessin, tout en conférant à ce dernier une nouvelle opacité.

Catherine Macchi, octobre 2009
(extrait du texte de l'exposition Hypothétiques, Atelier Soardi)





Les Emissions Parallèles

Prodrome :
Les objets sont marqués du sceaux de leur époque de création. La visite d'un marché aux puces confronte celui qui se promène parmi les étals à un entrechoquement de styles et d'usages qui sont autant de signes du passé. Simplement, au lieu de se présenter avec l'intelligibilité chronologique de l'Histoire, ces temps sont enchevêtrés les uns dans les autres au bon vouloir du camelot. Les amateurs de brocantes cherchent tous la pièce rare pour un prix correcte. Dans ce type de transaction, le gagnant est toujours celui qui possède le plus de connaissances sur l'objet en vente. Il est donc possible d'acheter une toile de maître au prix d'un tableau réalisé par un inconnu mais l'inverse est aussi probable. Ce jeu est un des attraits des puces que les faussaires exploitent pour réaliser des bénéfices. Cependant l'époque est bien faite puisque le temps post-moderne permet aussi d'acheter du faux au prix du faux ! Si Julien Tiberi était un antiquaire son étal recélerait une marchandise particulière. Il s'agirait de faux tout à fait authentiques dont l'intérêt serait, entre autres, de mesurer l'écart qui les sépare des originaux et d'observer ensuite ce qui peut prendre place dans cet espace puisque certaines choses ont horreur du vide !

Concernant leur facticité, il serait difficile de se tromper. En effet, en examinant attentivement un dessin, on se rendrait compte qu'il s'agit de la photocopie ou de la photographie d'un original. L'illusion du véritable étant dissipée sans déceptions, les pastiches stylistiques de Julien Tiberi étonneraient alors par l'importance accordée au temps historique de la modernité qui traverse son travail de part en part. De Daumier à Victor Moscoso, l'époque moderne est un répertoire de styles et de récits parmi lesquels l'artiste sélectionne quelques éléments qu'il rejoue au présent pour abolir les chronologies. Chaque élément prélevé sur le passé étant le signe d'un contexte précis, les pièces qui en résultent peuvent être abordées comme des démontages et des remontages du temps historique au profit d'une diachronie personnelle. Figure récurrente de ce mikado de périodes, l'uchronie est régulièrement convoquée pour ses qualités narratives autant que critiques. Ce terme qui est fondé sur le modèle « d‘utopie » désigne un univers parallèle au notre mais ayant une origine commune. Il résulte d'un changement fictif dans le cours de l'histoire de l'humanité. La plus célèbre des uchronies est une fiction de Philip K Dick intitulée Le Maître du Haut-Château (1962) qui se déroule aux Etats-Unis après une seconde guerre mondiale gagnée par l'Allemagne et le Japon. Paradigmatique, l'ouvrage se conclu d'ailleurs par une mise en abîme de l'uchronie. Signe de ce rapport désinvolte à l'Histoire officielle, l'univers de Julien Tiberi est peuplé de personnages hauts en couleurs dont le choix procède souvent d'un goût de happy few pour des trajectoires baroques dont l'oubli n'est dû qu'à un caprice de l'histoire. On croise ainsi Victor Moscoso dessinateur psychédélique, Joe Meek, suicidaire producteur de musique pop ou encore Clare Briggs Jr., auteur de comics du début du XXe siècle dont les aventures du personnage Danny Dreamer fonctionnaient toujours selon deux réalités parallèles, l'une rêvée, l'autre vécue. Ce choix de figures méconnues souligne que l'histoire est une construction fonctionnant selon un mode exclusif. C'est pourquoi, si ces bannis avaient eu la reconnaissance qu'ils méritent notre présent serait certainement tout autre. A travers ses dessins et ses installations Julien Tiberi semble vouloir capter les signaux que ces univers parallèles paraissent émettre en permanence. Pour ce faire, il n'est pas rare qu'il emprunte à la science et à la science-fiction des formes qu'il réinvestit dans des dispositifs capables de retransmettre ces bribes d'informations dans l'espace d'exposition. Il en résulte ainsi que le moment de coprésence des oeuvres et du visiteur n'est jamais laissé au hasard et que nombre de projets se pensent de façon à intégrer le lieu.

Sur l'étal du brocanteur Tiberi, l'article le plus fascinant serait certainement l'installation intitulée l'Axonault dont le dispositif de cimaise cache sur son envers un aquarium où évoluent deux axolotl. Ces urodèles capables de se reproduire à l'état larvaire ont l'extraordinaire faculté de prolonger cette condition et leur existence tant qu'ils demeurent immergés. Symboles d'un temps immobile, ces animaux semblent offrir un point fixe à partir duquel contempler la vertigineuse infinité des présents.
Fin du Prodrome

Aurélien Mole, 2009



champs de références / repères artistiques


Hasil Adkins
Charles Angrand
Georges Auriol
Frederick Austerlitz
Antoine-Anatole Banes
Bertol-Graivil
César Baldaccini
Billy De Beck
Pierre de Belay
George Bernier
Daniel Bevilacqua
Paul Bilhaud
Eric Arthur Blair
Terrence Gene Bollea
Mateu Josep Bonaventura Orfila i Rotger
William H. Boney
Paul Bonhomme
Gustave Bonickausen
Henri Boutet
Charles Dennis Buchinski
Farrokh Bulsara
Arthur Chester Burnett
Clare Briggs
Johnny Brown
Jean Cabut
Cabriol
Martha Jane Canary
Carand'ache
Jules Cheret
Ferdinand Cheval
Sulpice Guillaume Chevalier
Alfred Choubrac
Charles Clairville
William F.Cody
Emile Cohl
François Coppee
David John Moore Cornwell
Coquelin-Cadet
Mary Cathleen Collins
Legendary Stardust Cowboy
Pierre Culliford
Ernest Depre
Léon Deschamps
Henri Detouche
Maurice Mac-Nab
Grenet-Dancourt
Billy De Beck
Rudolph Dirks
Thomas Aloysius "Tad" Dorgan
NoËl Dorville
William-Claude Dukenfield
Clare Victor Dwiggins
Norma Jean Egstrom
Raymond Crawford Ewer
Lyonel Feininger
Louis Firbank
H.C "Bud" Fisher
Charles Forbell
Endre Erno Friedmann
Jean Giraud
Rube Goldberg
Jose Victoriano Gonzales
Wiliam Gosset
André Gosset de Guines
Eugène Grindel
Sri Darwin Gross
Peter Grudzien
Johnny Gruelle
Frances Ethel Gumm
Katherina Hagen
Gyula Halász
George Herriman
Harry Hershfield
Charles Hardin Holley
Giacomo Inaudi
Rea Irvin
Charles-Édouard Jeanneret-Gris
Florence Foster Jenkins
David Robert Jones
Theodore Kaczynski
Maria Kalogeropoùlo
Melvin Kaminsky
Margaret Kelly
Franck king
Gabby La La
Charles Léandre
Joseph Levitch
Luie Luie
Gus Mager
Windsor McCay
George McManus
Marcel Mangel
Nesta Robert Marley
Jack Mudurian
Nikolaus Karl Gunther Nakszynski
Peter Newell
Fred Opper
Richard Felton Outcault
Vladimir Ilitch Oulianov
Lucia Pamela
Georgios Kyriákos Panayótou
Malinda Jackson Panker
Tara Leigh Patrick
Charles M. Payne
Christophe Pelinq
Eilert Pilarm
Françoise Quoirez
Emmanuel Radnitszky
André Raffray
Georges Remi
Paul Renouard
John Ritchie
Penny Ross
Bernard Schwartz
Monique Andrée Serf
Sidney Smith
B.j Snowden
Klaus Sperber
Théophile Alexandre Steinlen
Cliff Sterrett
James swinnerton
Edward Teach
Michel Thomas
Charles Michael Kittridge Thompson IV
Tiny Tim
Félix Tournachon
Harry Tuthill
Claude Vorilhon
Louise Weber
Moische Zakharovich Shagalov
Margaretha Geertruida Zelle
Tay Zonday
Garnik Zouloumianv