documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


 STAUTH & QUEYREL 

Saint-Antoine: un plan pour ne pas perdre le Nord

De la Corniche à Bonneveine, de Longchamp à Malpassé, la ville est un territoire jalonné d'œuvres d’art.
La visite guidée s'arrête aujourd'hui sur “ Un plan pour saint-Antoine ” une création de Stauth et Queyrel

L'avenue de Saint-Antoine s’étire sur les hauteurs des quartiers nord de la ville. Autoroute à bâbord, mer à tribord. À l’angle de I’avenue de Roquefavour, le pont ferroviaire barre l’avenue de sa masse métallique grisâtre.
Récemment, les habitants du quartier ont eu la surprise de voir, dressé sous les piles du pont, un drôle de plan d’orientation.
Rien à voir avec ceux qui garnissent les sucettes Decaux.
Ces deux panneaux émaillés, installés en vis à vis, de part et d'autre de la route, ont été créés par les pIasticiens Pascale Stauth et Claude Queyrel. Dans le cadre de la requalification artistique de ce pont, la ville de Marseille a choisi, après concours, ce projet de cartographie symbolique.
Une œuvre discrète qui fait, depuis février dernier, partie intégrante du paysage, comme le souligne le patron du bar de la Gare.
“ Avant, j’avais vue sur un mur minable, aujourd'hui, en face de moi, j’ai un mur avec un panorama ”.
Un autre riverain confirme : "C'est un panneau indicateur qui sort de l’ordinaire. Quand il a été posé, ça a frappé mon regard et je suis allé voir". Rien de dérangeant donc, même si certains auraient préféré "qu’on laisse le mur à un tagueur".
Un plan pour Saint-Antoine atteint donc l’effet escompté par ses auteurs qui ont pour habitude d'intervenir dans l’espace public en tenant compte de l’histoire et de I'identité des lieux. Avec un sens certain de la générosité.
"Lorsque nous avons réfléchi à ce projet, nous avons observé que ce quartier était toujours resitué par rapport aux grands axes du centre ville, raconte Pascale Stauth. De fait, l’idée d’une carte avec d’autres repères, pour certains fictionnels, s'est imposée à nous".

Le "point sublime"
Sur un grand damier, qui alterne cases noires et cases vertes, le noyau villageois est signifié par la couleur jaune. Autour duquel, quatre types d'éléments servent de points de repères. Les légendes rappellent à la mémoire collective quelques épisodes historiques du quartier. Figurent aussi les ponts et les belvédères, y compris I’allée de l’Écume qui culmine sur le centre commercial Grand Littoral à quelques 115 m. Mais également les lieux de culte, de la pagode bouddhiste Phop Hoa à la première église arménienne de Marseille, Saint-Garabed.
À l’inverse de toute autre cartographie, on ne trouvera pas le fameux point “Vous êtes ici”. “C’est la coupure symbolique du plan, la route sépare les deux parties, explique Claude Queyrel. En général, les tables d’orientation sont situés en des points sublimes desquels on peut contempler un panorama merveilleux. L’idée-force, c 'est que cet endroit précis de Saint-Antoine est un de ces points sublimes…”
À découvrir les points sublimes de cette cité marseillaise, on finirait par en perdre le nord.

Anne Bertucci, Journal La Provence, jeudi 3 Août 2000
Un plan pour saint-Antoine une œuvre de Stauth et Queyrel, avenue de Saint-Antoine, 15e arr.

Un plan pour Saint Antoine 1999
Culée est, émail sur tôle, 241 x 349 cm
Photographie Yves Gallois

Un plan pour Saint Antoine 1999
Culée ouest, émail sur tôle, 241 x 349 cm
Photographie Yves Gallois
 
Affiche Un plan pour Saint Antoine 1999
55 x 37 cm
 
Voir une animation réalisée à partir du plan