documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


 STAUTH & QUEYREL 

Rideau Titre 2018
Broderie coton sur Tyvek
Vue de l’exposition Siffler en travaillant, Musée Muséum Départemental des Hautes-Alpes, 2018
Ce projet reçoit le soutien de la Fondation Placoplatre
 
 

Siffler en travaillant

Quand Frédérique Verlinden nous a proposé cette résidence-exposition, une de nos sculptures, La Cabane 1, était installée dans le cadre d’une présentation des collections du FRAC Provence Alpes Côte d’Azur au Musée Museum.
Vide, entièrement tournée vers l’extérieur, elle dialoguait avec le Mausolée du Duc de Lesdiguières, monument du XVIe siècle et résonnait avec un grand nombre d’autres objets, moins solennels, de la collection. Notre travail, comme la vie, est une sédimentation : de gestes, d’images, de récits multiples, qu’un environnement aussi riche ne pouvait que nourrir. De fil en aiguille, s’est tramée cette intrigue qu’est Siffler en travaillant, faite de bribes, d’interprétations d’œuvres qui nous accompagnent depuis longtemps ou de rencontres faites sur place… Nous y avons retrouvé les fantômes de Victor Brauner et sa femme, réfugiés non loin de Gap entre 1942 et 45, Hannah Höch, ses poupées et la Mechanischer Kopf de Raoul Hausmann qu’elle avait enfouie dans son jardin, Arp et Taueber ou le Facteur Cheval… Mais nous y avons aussi découvert ou redécouvert ces statuettes de bois, poupées Jacou du Queyras, les rosaces taillées au couteau des coffres familiaux, les animaux taxidermisés et bien d’autres encore. S’est alors construit avec et autour de quelques uns de ces personnages une architecture à la fois enveloppe et demeure, un décor constitué de rideaux brodés à traverser, de vitrines transformées en lanternes, de collections à voir par des trous de serrures…
La conception de cet espace doit beaucoup à Kurt Schwitters et à cette construction perpétuelle au gré de l’exil que fut le Merzbau, tel que les seules photos qu’il en reste et les témoignages nous le rendent imaginable : L’œuvre, « inachevée par principe », après avoir envahi la presque intégralité de l’espace domestique, ne cessait de se renouveler. En plus de cet assemblage architectural, Kurt Schwitters avait intégré aux cavités de sa structure des sortes de petits mausolées, des grottes qui avaient pour but d’héberger des scénographies diverses organisées autour de fétiches. Ces saynètes n’avaient pas pour vocation d’être conservées, mais bien au contraire, enfouies et avalées par le processus. Couche par couche, Kurt Schwitters venait nourrir les murs de reliques, refermant sur elles une nouvelle strate qu’il appelait « passer […] sur le cadavre de l’objet ». Le Merzbau fonctionnait incontestablement comme un journal intime. Il était devenu le tombeau d’une vie, telle une pyramide où sont ensevelis quelques trésors du passé, embaumés et conservés à l’épreuve du temps. Les murs étaient devenus des palimpsestes et la structure une mémoire. 2
Si « nous sommes tissés de l’étoffe dont sont faits les rêves » 3, il nous appartient de choisir la manière d’habiter ce rêve. Siffler en travaillant, est aussi pour nous, une façon de « chantonner au revers des Hymnes ». 4

Claude Queyrel et Pascale Stauth, Marseille-Gap, 2018


1 CQPS, La Cabane (stand), 1992, techniques mixtes, 275 x 400 x 300 cm, collection Frac Paca
2 Dietman Elger, extraits de L’œuvre d’une vie : les Merzbau, in catalogue de l’exposition Kurt Schwitters, 1994, Centre Pompidou, p.141-145
3 William Shakespeare, extrait de La tempête, 2014, édition bilingue, Flammarion
4 Jean-Christophe Bailly, extrait de ADIEU essai sur la mort des dieux, 2014, éditions Cécile Defaut

 
Buste gallo-romain Hermès-double

Rideau Titre 2018
Broderie coton sur Tyvek

Vitrine-Lanterne 2018
Plaques de plâtre découpées, vitrine et objets
 
Vitrine-Lanterne 2018
Plaques de plâtre découpées, vitrine et objets

Rideau Arp 2018
Tyvek brodé
 
Vitrine-Lanterne 2018
Plaques de plâtre découpées, vitrine et objets
 
Vitrine-Lanterne 2018
Plaques de plâtre découpées, vitrine et objets

Portrait 1990
Glycéro, huile et feutre sur toile, (Pascale Stauth)

MES.JOURS.CECOULENT./COMME.LEAU.E.CENVONT.COMME.LO/MBRE.E.MAPROCHENT.DUTOMBEAU 2017
Plaques de plâtre découpées

Coffre du Queyras, anonyme, 1777
 
Vitrine-Lanterne 2018
Plaques de plâtre découpées, vitrine et objets

MES.JOURS.CECOULENT./COMME.LEAU.E.CENVONT.COMME.LO/MBRE.E.MAPROCHENT.DUTOMBEAU 2017
Plaques de plâtre découpées

Coffre du Queyras, anonyme, 1777
 

Rideau Brauner 2018
Tyvek brodé

Rideau Taueber 2018
Tyvek brodé

 
Premier plan vitrine :
Linceul double 2018
Maquette polypropylène découpé

Enjoliveur janiforme 2018
Plaque de plâtre gravée

À l’arrière :
Rideau Cartel 2018
B broderie coton sur Tyvek

Au fond :
Anonyme, Exhumation de deux corps saints : Saint Ambroise découvrant les corps de Saint Gervais et Saint Protais, XIVe siècle, dépôt du Louvre collection Campana et Vitrine-Lanterne, plaques de plâtre découpées et vitrines
 
Rideau Hausmann 2018
Tyvek brodé
 
Vitrine-Lanterne 2018
Détail
 
Bouclier janiforme 2018
Plaque de plâtre gravée, d’après C. Brancusi
Vues de l’exposition Siffler en travaillant, Musée Muséum Départemental des Hautes-Alpes, 2018
Ce projet reçoit le soutien de la Fondation Placoplatre
 
Télécharger "Siffler en coloriant, un cahier de coloriage", Éditions DCPM / Musée muséum départemental des Hautes-Alpes, 2018
 
Retour