documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Francesco FINIZIO 

Telstar
1% artistique SMAC la Carène, Brest

Brest

ANNÉE 2009

COMMANDITAIRE Ville de Brest

MAÎTRE D'ŒUVRE JACQUES RIPAULT ARCHITECTE
43 rue des Tournelles
75003 PARIS
01 44 54 29 30 T
01 44 54 29 39 F
atelier@jacquesripault.com
http://www.jacquesripault.com
© Jacques Ripault architecte

ŒUVRE

Vue du satelite Telstar, document de travail et réalisation, © Francesco Finizio

Caractéristiques techniques
Timeline: plaque en plexiglass gravée et peinte sur aludibond, 120 x 160 cm
Satellite: sphère à facettes en aluminium, peinture pulverisation électrostatique thermodurcissable, haut-parleurs, carte son, amplificateur, ordinateur portable.

Site internet : http://www.telstar-archives.com/

Recherches
première image : le monolithe
La première idée qui m'est venue en voyant la Carène était d'ordre monolithique, en allusion directe à l'opus de Stanley Kubrick, 2001 Odyssée de l'espace : une stèle noire massive entourée d'os.
L'objet me semblait incarner cette idée de sonorité visuelle de manière assez juste. Cependant, la forme lapidaire me semblait trop statique. Je commençais alors à fréquenter le lieu, ses studios, à mieux saisir les espaces et leur fonctionnement et à saisir les attentes et les désirs des utilisateurs du lieu.

un axe de recherche : une oeuvre en phase avec la dynamique du lieu
Le lieu est fréquenté par des publics plutôt variés en fonction de la programmation. Il y a aussi les musiciens, amateurs et professionnels qui pratiquent principalement les studios d'enregistrement et de répétition.
On assiste à un va-et-vient de looks et d'attitudes différentes, de matériel (instruments divers et variés, amplificateurs...), des gens patientent en attendant que leur studio se libère, en feuilletant les revues, consultant l'internet...
Mon attention s'est donc assez vite concentrée sur la recherche d'une forme qui permettrait de relier ces différents usagers en les impliquant d'une manière ou d'une autre, sans tomber dans la gratification immédiate de l'interactivité.
L'enjeu se résumait donc, d'une certaine manière, à mettre au point une forme capable d'entrer en résonance avec le lieux en cristallisant les diverses relations à la musique : l'écoute, la pratique, l'étude de son histoire et son contexte d'apparition et les anecdotes qui font son histoire.
Une forme qui possède un pouvoir d'évocation initial et immédiat qui pourrait aussi acquérir d'autres sens et d'autres significations à travers son usage et la manière dont ses utilisateurs l'investissent.
Mes recherches se sont donc portées sur des formes associant une dimension acoustique au monolithe, il est souvent, à la Carène, question de rock -'musique de pierre' pour un membre de l'académie française. J'arpentais le coin, je surfais sur le net, allant des Blockhaus tout près aux miroirs acoustiques en béton qui ponctuent les côtes britanniques, avec des haltes virtuelles devant CBGB's, des images de garages si indispensables au Garage Bands, accompagné comme il faut, par mes listes de lectures dans I-Tunes. J'avais désormais gravité vers les antennes, les radios, les émetteurs et les récepteurs quand je me suis mis à écouter la version démo de Telstar écrite par Joe Meek.
Cela me renvoya immédiatement aux satellites, à une visite passée au Radome à Pleumeur-Bodou et à cette belle histoire de la première liaison télévisuelle entre la France et les États-Unis en 1962 par le satellite Telstar, ainsi qu'à la pochette du 45 tours français de Telstar que je venais d'acheter au vide-grenier de Plouzané.
Et puis, 1962, c'est aussi l'année de la naissance de la scène musicale Brestoise avec l'apparition des Loups Noirs (voir le livre d'Olivier Dolard, 40 ans de rock à Brest).


Telstar : hymne pour un satellite
Souvent citée comme la première composition alliant le rock n' roll et l'électronique, Telstar, le morceau de Joe Meek ' instrumental dont des adaptations vocales circulent sous le titre de Magic Star ' prend pour sujet une machine assez particulière par rapport aux véhicules (locomotives et voitures) qui peuplent le rock d'avant.
Si les voitures et les locomotives donnent le ryhtme au rock (Mystery Train interpreté par Elvis, Maybellene de Chuck Berry) la force d'attraction du satellite tient moins à la puissance libidinale de son engin qu'à sa capacité à rapprocher les êtres éloignés et à la promesse de nous amener dans un ailleurs.
Finie l'attente de la lettre apportée par le facteur (Please, Please Mr. Postman), on rentre dans le space age et la rêverie utopique qu'il féconde : découverte de nouveaux mondes, réduction des distances, instantanéité promise par les télécommunications.
La naïveté qui caractérise l'époque est facilement discernable dans le geste d'un commerçant de l'Ottawa qui décide de nommer sa pharmacie TELSTAR DRUGS, ignorant certainement le rôle que joueraient les molécules de synthèse dans le rock quelques années plus tard.
Le leitmotiv de projection cosmique revient sans cesse dans la musique (interstellar overdrive des Pink Floyd, Silver Machine de Hawkwind, Rocket Ship de Daniel Johnston, Starship de Sun Ra reprise par les MC5 pour ne citer que quelques uns). Je voyais donc, dans la convocation de Telstar, la possibilité de réinvestir quelques formes et événements passés afin de proposer une oeuvre qui rentrerait en résonance avec l'histoire de la musique, toujours à la fois locale et universelle.
Une attitude qui me semble s'apparenter à la proposition architecturale de M. Ripault (l'intégration et la transformation de formes et de textures locales). Cette pratique de l'achronie, où l'on emprunte à différentes périodes de l'histoire pour fabriquer une sorte d'histoire parallèle est un principe que j'explore actuellement dans mon travail.
Pochette du disque de The Tornados, Telstar. Document de travail

Proposition : le projet Telstar
Le projet Telstar comporte plusieurs éléments :
- une forme plastique qui reprend le satellite Telstar pour en faire un module d'archivage et de diffusion du morceau homonyme et de ses reprises
- un timeline sous forme de panneau
- une archive informatique consultable sur internet pour la compilation de toutes les versions de Telstar connues et encore à venir.
La forme centrale du Projet Telstar, le satellite sonique, est sphéroïde. Mesurant 100 cm en diamètre, sa surface est ponctuée par une constellation de haut-parleurs. Il est l'articulation visuelle du protocole/processus qui relie les espace privés et les espaces publics de la Carène, mais aussi un temps passé à un temps présent : le satellite diffuse les versions enregistrées de Telstar sur une durée de 45 ans.
Le timeline sert de clé permettant de rentrer dans l'histoire, d'engager le protocole. Il est présenté en proximité du satellite. Le fonds des archives Telstar est constitué des versions déjà existantes. Il sera alimenté par les interprétations des musiciens de passage à la Carène qui souhaiteraient interpréter ce morceau.
Le projet est fondé sur l'idée que la Carène est non seulement une salle de concert mais aussi un lieu de production.Il me semblait intéressant, même indispensable, d'exploiter cette qualité du lieu pour introduire un élément prospectif et une dimension collective.
Le centre de ressources est l'accueil permanent de la Carène, l'espace qu'on traverse pour accéder aux studios et aux loges, le lieu où l'on vient se renseigner et consulter de la documentation spécialisée.
C'est la plaque tournante par où transitent les différents publics de la Carène (musiciens, spectateurs, journalistes, visiteurs...).Le projet Telstar s'inscrit de toute évidence dans ce lieu.Les morceaux enregistrés sont consultables (et non téléchargeables) à tout moment par le biais du site internet. Leur diffusion par le module satellite sonique est événementielle. La décision concernant son activation revient aux programmateurs du lieu.On se laisse la liberté d'imaginer que le satellite sonore sera activé par exemple pour la fête de la musique, pour un festival par un dj, ou intégré dans un spectacle par un artiste/compositeur souhaitant jouer avec son contenu...
Vue de l'oeuvre pendant le festival Astropolis 2009, © Francesco Finizio