documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Pascal PINAUD 

Composition exubérante de réverbères hybrides
Commande publique Tramway de Nice Côte d'Azur avec Stéphane Magnin

Mail de Saint-Jean d'Angely Nice

ANNÉE 2007

COMMANDITAIRE Communauté d'Agglomération Nice Côte d'Azur

ŒUVRE

Dessin préparatoire

Caractéristiques techniques
Ensemble de 16 réverbères
6 de trois mats
5 de deux mats
5 de 1 mat

Note d'intention
Le projet d'intervention artistique sur le mail est une extension du projet envisagé pour le site du Jardin de Saint-Jean d'Angély quant à l'unité proposée.L'idée est de créer une impression d'étrangeté par rapport à l'ensemble du réseau du tramway, que l'usager ait le sentiment de se trouver ailleurs, dans une nature reconstituée.Des aménagements spécifiques sont aussi prévus, renforçant ce sentiment.

LE SITE

Le mail permet l'arrivée dans le périmètre et le traverse.Cette bande de circulation accueille à la fois le passage du tramway et deux voies pour les véhicules.Les contraintes liées sont donc multiples.L'impossibilité d'intervenir directement sur cet espace nous a donc permis de réfléchir à son environnement et aux fonctions dévolues.Dans la continuité de la proposition liée au paysage, nous l'avons imaginé, pour le périmètre hors site comme l'entrée dans ce paysage.Des composantes du site sont donc reprises et permettent un acheminement progressif.Enfin, des éléments de mobilier sont envisagés correspondant aux besoins de cet espace.

L'AMENAGEMENT PAYSAGER

Poursuivant l'aménagement qui se déploie en rhizome sur l'ensemble des sites, nous nous sommes intéressés à l'aspect latéral du mail par rapport aux architectures environnantes.Poursuivant notre implantation végétale, les implantations se situent sur le pourtour du mail.Partant de la Route de Turin, les mêmes plantes du paysage méditerranéen s'organiseront en une perspective de plus en plus dense jusqu'à l'arrivée dans le site, traversant les deux stations de tramway jusqu'au point d'orgue se situant au niveau du Jardin.

L'étonnement pour les passagers du tramway sera donc progressif.Un effet de profondeur sera donné par cette perspective paysagère.

Une haie de lauriers sauce, de laurier cerise et de fusains verts suivra la ligne du tramway sur chacun de ses côtés et sur une longueur de 500 mètres et une hauteur variant entre 2 et 4 mètres.Son épaisseur serait de 1,50 à 2 mètres.Ainsi, au long des années et de la croissance des plantes, une haie végétale, presque un mur de végétation offrira sa protection, à la fois envers les bâtiments et comme espace de sécurité quant au tramway.La haie a donc une fonction précise : elle empêche le passage des piétons sur les voies du tramway.Les usagers du tramway auront l'impression de basculer dans une muraille végétale, faite d'une harmonie coloristique dans les tons de vert, favorisant le repos visuel et offrant la place à la rêverie, à la flânerie.Elle ne devra pas être taillée de façon régulière mais son aspect visuel devra reprendre au fil des années, les formes des buttes et collines du Jardin de Saint-Jean d'Angély.Un autre paysage mental se reconstituerait, avec une découpe du paysage, du ciel et des bâtiments en adéquation avec les découpes géologiques créées artificiellement dans le jardin.
La perspective située devant la bibliothèque et la caserne devant permettre l'ouverture sur la pinède et la chênaie, la haie sera, face à ces bâtiments, légère voire quasi-inexistante. Elle perdra, à cet endroit, de la hauteur pour disparaître progressivement.On est ici au coeur du projet.

De part et d'autre de cette haie, côté extérieur au tramway, nous envisageons de créer un espace naturel avec quelques plantes qui accompagneront cet effet visuel de perspective.Les premières, plus basses laisseront peu à peu la place à d'autres, plus hautes.Ces arbustes, plus ou moins hauts, créeront dans cet espace réduit, cette impression de paysage, tel que cela est mis en scène dans les jardins japonais.Les plantes que nous avons retenues sont des sistes méditerranéens, des pittosporums nana, des romarins simpius, du romarin rampant, des ceanothus blued mound, des ceanothus gloriosus, du thym et quelques hédéras.
Au plus proche de la voie de circulation, nous avons retenu les hédéras courts, du lierre et des ophiopogon.
Enfin, nous ne souhaiterions pas que les voies du tramway soient agrémentées de pelouse.Le coût élevé de l'entretien (en eau, notamment) ne correspond pas à notre souhait de privilégier l'attention à l'environnement et à la culture méditerranéenne.Sa gamme de couleur est d'autre part un peu monotone pour s'accorder à notre projet. Nous préconisons la plantation de végétaux rampants aux couleurs et formes diverses qui rempliront l'espace de façon aléatoire et organique.Le paysage se transformera suivant les saisons, les moments de floraison.Pour cet espace, nous avons retenu les hédéras courts, du lierre, différents couvre-sols et du musch.Ces espèces rendront la gestion de cet espace plus écologique. Cet espace au ras du sol pourra se développer en rhizome, en plaques, en nappes successives, en jouant avec des harmonies coloristiques.

Ce passage progressif sera accompagné de la plantation, d'abord espacée, puis de plus en plus resserrée, de chênes et de pins maritimes.Ces derniers se situent le long des trottoirs, à des emplacements stratégiques par rapport à leur développement (feuillage ou robe).Une brevet a été déposé qui permet d'empêcher le développement des racines au ras du sol et donc de soulever trottoirs et dalles (une gaine en plastique enserrre les racines de l'arbre avant sa mise en terre ; ainsi elles se développent en verticalité dans le sol).

Les utilisateurs de cet espace, passagers du tramway, automobilistes et piétons seront dans des espaces toujours différents et évolutifs.Les gammes colorées, les formes et les hauteurs des espèces végétales doivent jouer sur cette vision changeante et renouvelée, au fil des saisons, de la croissance ou de la coupe des arbres.L'entretien est assuré par les jardiniers de la Ville de Nice, avec comme seule recommandation de limiter la hauteur des plantations à 3 ou 4 mètres.




LES PROPOSITIONS D'AMÉNAGEMENT

Comme pour le projet sur le Jardin, et pour les mêmes raisons, nous avons imaginé un certain nombre d'intervention sur les éléments de mobilier.

LES REVERBERES
Quelques réverbères, tels que ceux décrits pour le site du Jardin, seront dessinés pour être implantés le long du mail. Ils seront répartis, tout comme les chênes et les pins de façon progressive, jusqu'à l'entrée sur le site où là, ils seront plus nombreux.


LES PASSAGES PIETONS
Pour continuer à réfléchir notre intervention de façon globale et unifiée, nous avons souhaité prendre en compte un espace rarement considéré mais d'importance dans la circulation : les passages piétons.Rappelant l'esprit du jardin japonais précédemment évoqué, ils seraient réalisés en dalles de pierre.Ce côté organique serait renforcé par leur aspect brut, organique.Leur pose au sol sera moins régulière que pour un marquage classique.Plutôt claires et épaisses (de 5 à 10 cm d'épaisseur et supportant le passage de lourdes charges), elles renforceront l'idée d'une nature reconstituée.


LES PANNEAUX DE SIGNALISATION
Nous souhaitons intervenir aussi sur les panneaux de signalisation qui seront nécessairement présents sur le site.La partie informative ne sera naturellement pas touchée, gardant forme, hauteur, lisibilité liées à leur fonction. Nous aimerions, à partir des poteaux de réverbères, réfléchir aux supports des panneaux de signalisation.L'ensemble des panneaux de signalisation ainsi travaillé renforcerait l'unification du site sur l'ensemble du pourtour du mail.


LES SUSPENSIONS
Trois routes coupent le mail.Nous avons aimé ces croisements et proposons d'y installer des suspensions lumineuses.En reprenant les globes d'éclairage des réverbères, nous avons dessiné des luminaires géants, amalgame à nouveau des styles de la Ville au fil des époques et des lieux.Assemblage hétéroclite d'une quinzaine de globes, suspendu par des câbles en une structure-araignée fixée sur les bâtiments à la croisée de ces routes.
Ces suspensions gardent toute leur fonction d'éclairage.Elles renforcent le sentiment d'étrangeté et de poésie à l'entrée dans le site.Ces grappes de lumière sont en quelques sortes les phares de ce périmètre et annoncent l'arrivée dans ce monde magique et différent.L'intervention artistique prend en compte l'ensemble de l'échelle du mail, du ras du sol au plus haut des immeubles, recréant un sentiment d'habitation.