documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Pascal PINAUD 

1% artistique Faculté des sciences et du sport de Luminy

163 avenue de Luminy 13288 Marseille

ANNÉE 2005

COMMANDITAIRE Conseil Général des Bouches du Rhône

MAÎTRE D'ŒUVRE SCP d'architectes Denis Boyer-Giraud François Percheron Antoine Assus
31 rue Saint louis 34000 Montpellier
0467114940
mail architecture-boyer-percheron@wanadoo.fr
http://www.boyer-percheron-assus.com

Un premier corps de bâtiment parallèle à la pente fait front le long de l'espace public et abrite les fonctions communes et administratives. Sa façade originale exprime, par ces éléments brise-soleil verticaux sur une double hauteur pris entre un soubassement en retrait et un auvent linéaire, son caractère public. Perpendiculaires à ce bâtiment, deux barres de deux niveaux abritent les modules de recherche et permettent d'intégrer le bâtiment existant, dédié à la formation, dans l'extension.
Un dernier élément en retrait, parallèle à la pente et partiellement encastré dans le terrain, sert de second appui aux modules de recherche et accueille les laboratoires d'expérimentation. Afin de s'inscrire dans le site tout en le préservant, le traitement des toitures a fait l'objet d'un travail particulier. Notre objectif est l'élaboration d'un bâtiment à l'expression méditérranéenne actuelle, sobre et intemporelle, dont les qualités fonctionnelles, environnementales sont l'assurance de lieux de travail conviviaux.
© Photographie architecture-boyer-percheron

ŒUVRE

croquis préparatoire

Répondant au plus près à la précision du cahier des charges, mon projet pour la Faculté des Sciences du Sport de Marseille-Luminy consiste en une intervention située essentiellement sur les parois vitrées du hall est.

Les recherches d'Etienne-Jules Marey sont les premières à se situer à la confluence de ces deux domaines que sont l'art contemporain et les sciences du sport.Les études d'Etienne-Jules Marey ont fortement influencé des artistes comme Marcel Duchamp ou les futuristes à leur époque.

Il me semblait opportun de m'arrêter sur ses travaux pour réfléchir à ce projet.Cela m'a amené assez rapidement aux recherches actuelles sur la biomécanique du mouvement qui se trouve être un des axes essentiels de la Faculté.

C'est dans ce contexte que j'ai été amené à demander à l'un des professeurs des images sur le déplacement de l'air.
Dans ma pratique artistique, je me réfère de façon constante au 'principe de réalité', ce qui veut dire que les éléments du réel sont mis en place tel quel dans mes oeuvres.

Aussi cette référence à Etienne-Jules Marey se traduira par la forme d'un dessin figurant le déplacement de l'air.En tentant de visualiser ce mouvement optimal, qui est donc l'un des objets d'études de la Faculté et en en faisant ma proposition plastique, j'au aussi souhaité prendre en compte un des autres axes du cahier des charges qui était de considérer le thème-même de la recherche.

Enfin, l'une des des dernières contraintes était de réussir l'intégration de l'oeuvre dans le bâtiment.C'est en fait à partir d'un constat sur le lieu lui-même que j'ai envisagé cette intervention.En effet, la fonction du hall d'accueil, lieu de passage, de transit, est une notion qui me préoccupe et à laquelle j'ai déjà répondu par diverses propositions (ascenseur, kiosque, mur d'attente, rideau...).

Prenant en considération la fonctionnalité du lieu, mais aussi l'architecture du bâtiment, l'environnement extérieur et les contraintes techniques, j'ai voulu réaliser une proposition globale agissant comme un va-et-vient entre tous ces éléments, tant au niveau technique, esthétique que fonctionnel.

Le déplacement de l'air sera figuré sur lesparois vitrées par un dessin réalisé au sablage. Des 'obstacles' permettant ce graphisme seront représentés, en référence au paysage environnant.Des rochers, tels que ceux que l'on peut apercevoir par ces parois vitrées dans la nature alentour - les pierres de Cassis - seront figurés dans le dessin sur les parois vitrées et seront aussi repris, comme des petites sculptures dans le hall d'accueil.

INTÉGRATION DE L'OEUVRE DANS SON ENVIRONNEMENT

Le dessin fait référence assez directement aux études proposées par la Faculté des Sciences du Sport.J'ai aimé à réfléchir à ce projet en pensant aux étudiants et aux utilisateurs de ce lieu et en leur proposant un projet qu'ils peuvent identifier. Les trois pierres aux dimensions variables dessinées sur les parois de verre en dévidé se retrouveront dans le hall, contre la paroi vitrée et pourront être utilisées de façon fonctionnelle.Elles peuvent en effet réguler cet espace d'attente, de rencontre, de rendez-vous, servir directement de support au repos où à la disussion.

Ces trois pierres dans le hall accentuent l'idée du patio proposé par les architectes et la vision transversale intérieur/extérieur. Le double rôle qui leur est ainsi donné, celui de rappeler la nature extérieure et leur côté fonctionnel, me paraît essentiel en permettant de lier ce projet dans sa globalité avec l'intervention sur les parois vitrées. Le dessin sera en effet présent, visible dans le hall et la vue sera toujours la même de l'intérieur vers l'extérieur.Il sera discret et laissera passer la lumière tout en l'adoucissant et permettant sa diffusion dans le hall.



CONDITIONS DE PERENNITÉ, DE SÉCURITÉ, DE MAINTENANCE ET D'ENTRETIEN

Le dessin sur les parois vitrées ne demande aucune précaution particulière.Le devis de la société de sablage ne le précise pas mais le dessin serait réalisé sur une des parois du double vitrage (en attente de l'accord entre les deux sociétés, sans surcoût supplémentaire quant au devis joint).
Les pierres en résine sont, sauf dégradation volontaire, suffisamment résistantes pour se trouver dans un lieu public et leur dégradation progressive liée à leur utilisation rappelle simplement l'usage que l'on peut faire de la nature.