documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Mireille LOUP 

Vues de l’exposition 53.77 / Mem, Espace photographique Fontaine Obscure, Aix-en-Provence, 2013

53.77 Anaglyph 2012
Ensemble de 18 photographies
Tirages Ultrachrome giclée couleur sur papier archive muséal, contrecollage sur aluminium Dibon, encadrés en caisse américaine de bois blanc
Edition limitée à cinq exemplaires chaque.
Vues de l’exposition 53.77, Rencontres d’Arles 2012, parc des ateliers

L'effet de réalité virtuelle en 3D ne peut être perçu que par le port de lunettes anaglyphes Rouge/Cyan


53.77 est une série photographique anaglyphe.
Le procédé anaglyphe permet une lecture d’image en trois dimensions par l’utilisation de lunettes anaglyphes rouge-cyan. Les différents plans se découpent alors à l’intérieur de l’image, ils se décalent et suivent l’œil du spectateur selon ses déplacements. Les photographies sont bichromatiques, en effet l’image en noir et blanc est majorée du procédé anaglyphe rouge-cyan pour les zones mises en trois dimensions. Le procédé restitue les six prises de vues, à gauche et à droite de la scène, assemblées en une seule image anaglyphe.
L’intérêt des recherches sur les techniques anaglyphes de Mireille Loup résident dans le fait que les images, hors port des lunettes et donc hors tridimensionnalité, proposent une esthétique du flou toute particulière qui vient servir l’univers de cette série.
53.77 s’inscrit dans la suite logique des images blanches extraites de la série Mem, réalisée par Mireille Loup en 2009, et qui donnèrent naissance à la série Les autres en 2011. Les autres présentaient la déambulation de trois adolescents dans des lieux atemporels, sans expressions, entourés de filets de lumières spectrales, en référence au film du même nom d’Alejandro Amenàbar.
Aux aspects surnaturels déjà présents dans ses précédentes séries, Mireille Loup accède avec 53.77 à une réalité virtuelle. Ce travail propose une évolution fantomatique. Une jeune fille et un enfant se croisent parfois dans un même espace, sans pour autant entrer en interaction. Ils semblent absents l’un pour l’autre. La notion de vide est accentuée par la composition de l’image et l’atemporalité de ces lieux dénudés. Pas de meubles, pas de signes.
Au fur à mesure des photographies, quelques indices sont donnés au spectateur : vêtements mouillés, mouvements arrêtés, apesanteur lui suggèrent un lien avec le surnaturel. Libre à lui alors de s’interroger sur le titre 53.77, 1953, 1977, sur ce jeu de croisements de temporalités.
L’absence est montrée également dans l’esthétique même de l’image. Les personnages sont gris et flous. Ils ne prennent leur place, ils ne s’incarnent que sous l’action du spectateur qui portera les lunettes en relief. Mireille Loup invite le spectateur à pénétrer dans cet univers ou à s’en extraire par l’interactivité du procédé anaglyphe.
Dans les dernières photographies de la série, les protagonistes des images regardent peu à peu le spectateur. Observé autant qu’il épie, il s’incarne à leurs yeux comme il leur a donné l’occasion d’une existence chaque fois qu’il aura exploré leur réalité virtuelle


53.77 Anaglyph
Set of 18 pictures
Formats and techniques : Ultrachrome giclée prints on color paper archive museum, lamination on aluminum Dibon, framed in white wood floater
Edition limited to five copies each.

53.77 is a photographic series anaglyph
The anaglyph method allows three-dimensional reading by the use of red-cyan anaglyph glasses. The various planes can be cut while in the interior of the image, they shift and follow the viewer's eye according to his movements. The photographs are bichromatic indeed black and white plus the red-cyan anaglyph process for areas set in three dimensions. The process restores six shots, left and right of the stage, assembled into a single anaglyph image.
The interest of the research techniques anaglyph by Mireille Loup lies in the fact that the images outside wearing glasses and therefore beyond three-dimensionality, provide a particular aesthetic blur just use the universe of this series.
53.77 falls within the logical white images from the series Mem, produced by Mireille Loup in 2009, which gave birth to the series in 2011. The other had the wandering of three teenagers in places timeless, without expressions, surrounded by nets spectral lights, in reference to the eponymous film by Alejandro Amenabar.
The supernatural aspects already present in the previous series, with 53.77 Mireille Loup access to a virtual reality. This work proposes a ghostly evolution. A girl and a child sometimes overlap in the same space without interacting. They seem to be absent for one another. The notion of emptiness is accentuated by the composition of the image and the timelessness of these places bare. No furniture, no signs.
Gradually as photographs, some clues are given to the spectator: wet clothes, movement arrested him weightlessness suggest a link with the supernatural. Then he is free to wonder about the title 53.77, 1953, 1977, on the set of crossings of temporality.
The absence is shown also in the same aesthetic image. The characters are gray and fuzzy. They take their place, they do embody that under the action of the viewer which will raised glasses. Mireille Loup invites the viewer into this world or to extract the interactive process anaglyph.
In the latest photographs from the series, the protagonists images look gradually the viewer. Observed as he watches, he embodies their eyes as he gave them the opportunity of a life every time he has explored their virtual reality.



53.77#01 2012
Tirages Ultrachrome giclée couleur sur papier archive muséal, contrecollage sur aluminium Dibon, encadrés en caisse américaine de bois blanc, 68 x 95 cm
Edition limitée à cinq exemplaires

53.77#02 2012
Tirages Ultrachrome giclée couleur sur papier archive muséal, contrecollage sur aluminium Dibon, encadrés en caisse américaine de bois blanc, 68 x 95 cm
Edition limitée à cinq exemplaires

53.77#03 2012
Tirages Ultrachrome giclée couleur sur papier archive muséal, contrecollage sur aluminium Dibon, encadrés en caisse américaine de bois blanc, 68 x 95 cm
Edition limitée à cinq exemplaires

53.77#04 2012
Tirages Ultrachrome giclée couleur sur papier archive muséal, contrecollage sur aluminium Dibon, encadrés en caisse américaine de bois blanc, 68 x 95 cm
Edition limitée à cinq exemplaires

53.77#05 2012
Tirages Ultrachrome giclée couleur sur papier archive muséal, contrecollage sur aluminium Dibon, encadrés en caisse américaine de bois blanc, 68 x 95 cm
Edition limitée à cinq exemplaires

53.77#11 2012
Tirages Ultrachrome giclée couleur sur papier archive muséal, contrecollage sur aluminium Dibon, encadrés en caisse américaine de bois blanc, 68 x 95 cm
Edition limitée à cinq exemplaires

53.77#18 2012
Tirages Ultrachrome giclée couleur sur papier archive muséal, contrecollage sur aluminium Dibon, encadrés en caisse américaine de bois blanc, 68 x 95 cm
Edition limitée à cinq exemplaires
Retour