documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Jérémy LAFFON 

 
 
 
 
Répartition de la Terre #2 2018
Silorama, Marseille, 2018
Thomas Couderc, Victoire Decavele, Alissa Maestracci, Adrien Monfleur
Avec le soutien de Amélie Bigard, Boris Mangin, Clemence Mimault, Daniel Mitelberg, Pierre-Etienne et André-Marie Ursault
Sur une invitation de Jérémy Laffon
 

« Avant, il y avait des collines ici, et la ville était loin, on n’y allait pas en tramway... avant ici, il n’y avait que des champs, des collines, et des bêtes. »
Voici ce que ne nous diront jamais les murs de cette zone industrielle.

L'exposition Silorama a eu lieu dans l’enceinte des silos des moulins à farine Storione ; zone industrielle et désertifiée où trainent voitures et camions en réparation et où cohabitent des bâtiments vacants de la mairie, des bureaux et des ateliers d'artistes. Cette ouverture d’atelier était l’opportunité de poser un regard sur cet espace presque oublié des grandes rénovations prévues pour ce quartier de la joliette.

A y regarder de plus près, si cet îlot pérennise, s’est bien évidemment grâce à cette méga-entreprise que sont les moulins Storione, construction séculaire qui empêche un paysage plus moderne, plus contemporain, plus pratique et plus rentable. Or, on sait de manière générale que le mode opératoire le plus simple et surement le moins onéreux pour la réhabilitation d’une structure ou d’un espace construit, est sans nul doute de détruire tout, tout raser, tout effacer, tout aplatir pour tout recommencer.

C’est ce qui s’est déjà passé sur cette zone de Marseille en 1856, lors des travaux de réhabilitation de la vieille ville dans le quartier de la Joliette par le banquier et financier Jules Mirès : 935 maisons et 28 rues furent détruites. 60 000 habitants furent expulsés.

L’histoire est une répétition d’elle-même ; ce qui s’est passé se passera encore.
Pour Silorama, cette ligne lumineuse qui traverse l’espace et le scinde en deux ne fait qu’évoquer cette rue qui autrefois était présente. Une manière de rappeler que rien n’est immuable.  

 
 
Retour