documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Wilfrid ALMENDRA 

 
 
 
September 25th 2013 at night 2013
Plafond en BA13 & plexiglas, 610 x 480 cm ; table en bois, 160 x 86 x 73 cm ; fonte de cuivre, 36,5 (diam.) x 12,5 cm
Vues d’exposition, Les Églises centre d’art contemporain, Chelles
Crédit photo Aurélien Mole
 

September 25th 2013 at night (2014) est composé d’une large table familiale surannée en bois où est placée une étrange galette de cuivre. Suspendu à hauteur standard d’un appartement HLM, un faux plafond est orné d’un skydome – sorte de fenêtre de toit – d’où s’échappe de la lumière. Il dessine une fine ligne horizontale qui vient casser l’élévation vertigineuse de l’église. C’est avec un groupe de Roms que le pain de cuivre a été conçu : dans la zone industrielle où Almendra travaille, ces gens du voyage récupèrent souvent différents métaux pour ensuite les revendre à des ferrailleurs. Après plusieurs semaines de conversations, l’artiste leur a proposé de rassembler des fils et des tuyaux de cuivre (une des monnaies d’échange qui a le plus de valeur sur le marché noir) dans une maison abandonnée vouée à la destruction. [1]


Une fois les matériaux amassés, ils sont allés ensemble dans leur campement pour faire fondre le cuivre : au cours de trois jours et deux nuits, des feux successifs ont lentement agi sur le matériau. [2]


Pendant ce temps, Almendra et le groupe de Roms ont partagé des moments complices, en discutant d’une multitude de sujets nourris des différences de chacun : nomadisme, labeur et économie alternative étaient au centre des échanges. Une fois fondu, le cuivre a été versé dans un bidon enterré à même le sol, donnant à September 25th 2013 at night sa forme circulaire et son aspect irrégulier empreint de traces de terre, de cailloux, etc. [3]


Rythmée par le temps, la pièce s’oxyde et change de couleur au fur et à mesure. Chargée d’imperfection et de contingence, ce qui était une monnaie d’échange fixe devient un objet obscur et instable, intrus posé sur une table familiale, relique d’une mémoire inaccessible.

Flora Katz
Extrait de Les Paisibles, les Idiots et les Furieux, 2015

 
September 25th 2013 at night (2014) is composed of a large, old-fashioned, wooden family table on which is placed a strange cake made of copper. Light slips through the skylight—a roof- window—decorating a false ceiling, suspended at the height it would have in a standard social-housing apartment.
It draws out a fine horizontal line, disrupting the church’s vertiginous elevation. The copper bread loaf was conceived with a group of Roma: in the industrial zone where Almendra works, Roma people often collect different metals, in order to sell them to metal scrap merchants. Following several weeks of discussion, the artist proposed to them to gather copper wires and pipes (copper being one of the most valuable bargaining chips on the black market) from an abandoned house, destined to be destroyed. Once the material had been collected, they went together to their encampment to melt the copper: for three days and two nights, successive fires slowly acted upon the material. During this time, Almendra and the Roma group shared moments of companionship, talking about numerous subjects, enriched by their respective differences: nomadism, labour and the alternative economy were at the heart of the exchanges. When the copper was melted, it was poured into a barrel buried in the ground, which gave September 25th 2013 at night its circular form and irregular aspect, marked by the traces of earth, pebbles etc. The piece, in a rhythm defined by time, oxidises and gradually changes colour. Loaded with imperfection and contingency, what used to be a stable bargaining chip becomes an obscure and unstable object, an intruder placed on a family table, relic of an inaccessible memory.

Flora Katz
Extract from The Peaceful, the Idiots and the Furious, 2015
 
Retour